Connaître les personnes sans domicile est encore plus important que les dénombrer